Pour aider ton conjoint en 2011

Au réveil, ce matin 31 décembre 2010, ton compagnon te joue son grand numéro hebdomadaire : tout va mal, il est nullard de chez nullard, tellement fatigué. Youkaïdi-kaïda, tu tentes de le rassurer. Tu adores ce rôle : tu es sa béquille,  son déambulateur, son fauteuil roulant vers  le bonheur. Du lit, vous passez à la table du petit déjeuner. Devant le café, il t’explique qu’il ne croit à Rien. Il  prononce Rien comme un calotin prononce le mot Dieu.

— Cette façon de faire est un moyen pour me détruire,  je ne suis pas le seul… Tous ces gens qui ne mangent pas, qui tombent malade exprès (il insiste, « exprès»), qui boivent ou qui jouent.  La mort ne me fait pas peur. De toute façon, j’aurai une retraite si faible qu’il vaut mieux que je meure avant.

The Labyrinth of memory
Creative Commons License photo credit: Mister Kha

Tu comptes le nombre de fois où il t’a joué Suicide, mode d’emploi en 2010. Tu imagines tout 2011 comme ça, 52 fois la même blague.  Que fais-tu avec cet emplâtré ? Néanmoins, comme ces camions toupies qui inlassablement amènent du béton liquide sur les chantiers, tu reviens à l’assaut de sa sinistrose.  Cette fois avec du lénifiant de chez lénifiant, l’estocade finale, Michel Drucker ferait pas mieux. Tu te plantes devant la fenêtre et tu désignes le SDF qui dort en bas, sous le porche de la supérette en faillite, sur un canapé défoncé comme lui. Ton conjoint a de la chance ! Mais il flaire le chausse-trappe. Tel Bonaparte à la bataille de Castiglione, il opère un mouvement tournant :

— Comment peux-tu me donner des leçons ? Toi aussi, ta vie tu la rates !… Au cheval, tu n’as jamais dépassé les sélections régionales. Et ta peinture, même pas exposée. Je ne te parle pas des enfants… tu n’as pas pu en avoir !… tu ne te demandes pas pourquoi ?

Mug de café dans les paumes, tu demeures immobile, présentant à ton conjoint un profil stoïque. C’est décidé, en 2011 tu le quittes. Mais plus tard dans la journée, rongée de remords, tu ressors ton vieux Propos sur le bonheur, Folio Essais n°21, 2 euros en occase. Il y a 89 ans, le 21 décembre 1921, Alain écrit :

Montrer partout le visage de l’ennui et s’ennuyer des autres. S’appliquer à déplaire et s’étonner de ne pas plaire. Chercher le sommeil avec fureur. Douter de toute joie ; faire à tout triste figure et objection à tout. De l’humeur faire humeur. En cet état, se juger soi-même. […] Se faire bien laid et se regarder dans la glace. Tels sont les pièges de l’humeur.

Une malhumeur… ça doit être ça la maladie de ton conjoint. La malhumeur, c’est une tumeur stationnaire. Ça ressemble à une nappe de pétrole, ça ne tue pas mais ça fait chier.

Et si tu essayais l’arme ultime ?… La poésie !

Let me dream
Creative Commons License photo crédit : Éole

Tiens par exemple, Oeil pour oeil de Norge, le seul poète optimiste du 20ième siècle :

Norge

Tes petits cris dans l’azur,
Tes craquements de fémur,
Sont tes amours les plus sûrs
Passés, présents et futurs.

Bouvreuil, chevreuil, écureuil,
Le monde est là, sur ton seuil,
Tu n’as que toi pour accueil,
Tu n’as que ton œil pour œil.

[…]

Serre-toi dans ta hantise
Goûte-toi dans ta bêtise,
Tu n’as que toi pour chemise,
Pour jeu, pour cœur et pour guise.

C’est en poche chez Gallimuche : Poésies 1923-1988, Norge, collection Poésie/Gallimard, n°237, pages 60 et 61. Allez courage en ce dernier jour de 2010 ! Un petit dernier pour la route afin d’aider ton conjoint à se préparer à 2011 :


LA GRANDE SOPHIE – Du courage

PaternitéPas d'utilisation commercialePartage selon les Conditions Initiales Paternité, Pas d’utilisation commerciale, Partage selon les Conditions Initiales

Vases communicants avec Brigitte Célérier

Suis fier ce mois d’échanger avec la relieuse des vases communicants sur nos blogs http://brigetoun.blogspot.com et http://www.lignesdevie.com/

Un texte

de Brigitte Célérier

Dans le café sur la place, il y avait une jeune femme.

Elle était entrée, avait dit bonjour, n’avait pas eu de réponse – le cafetier était en discussion avec ses habitués – elle s’était assise à une table, près d’une fenêtre, un peu en retrait, sur la gauche. De là elle voyait l’esplanade, le parking devant l’église, un bout du marché.

Dans le café sur la place, la jeune femme regardait, ses mains relevaient le col de son manteau sur son cou, elle avait un blanc visage immobile.

L’esplanade devant l’église brillait d’un soleil froid. Le parking était plein, de voitures et de leurs occupants, qui restaient là, en petits groupes, qui semblaient attendre, et, près des marches du porche, une femme et deux jeunes-filles, un garçon, serrés, comme pour tenir les uns par les autres – de temps en temps les nouveaux arrivés venaient à eux, les embrassaient, et le garçon parlait.

Dans le café sur la place, la jeune femme avait commandé un chocolat, elle tenait la tasse dans ses mains, elle regardait.

Elle regardait une des jeunes filles, une petite brune, ratatinée dans son imperméable violet sombre. Elle tendait le visage, pour essayer de la mieux voir. Et puis, comme le silence s’était fait dans le café, elle s’est retournée, a vu leurs yeux sur elle, ou la fenêtre, et s’est redressée. Elle a ouvert son sac. Elle a sorti une lettre. Elle lisait, relisait sans doute. Il lui parlait de la petite brune, sa seconde fille, celle qu’il appelait son amie, il écrivait « tu verras, je suis certain que, toutes les deux, vous… ».

Il y a eu du mouvement sur la place. Elle a levé la tête, en pliant la lettre.

Dans le café sur la place, la jeune femme regardait. Elle a levé la tasse devant son visage, a bu, s’est étranglée un peu. Elle l’a reposée, a baissé les yeux sur ses mains, a joué avec une bague, l’a enlevée, rangée dans son sac, dans la poche à fermeture éclair.

Un fourgon est arrivé. Avec une ébauche de garde-à-vous, les gens se sont un peu écartés, figés. Et des hommes en noir ont sorti un cercueil, l’ont porté dans l’église. La femme a suivi, avec les jeunes filles et le garçon, et puis tous les autres.

Dans le café sur la place la jeune femme regardait ses mains, la table. Elle a murmuré « quelle idiote ! »

Les hommes en noir ont déchargé des couronnes, des bouquets. Il y en avait beaucoup. Cela a fait un petit va et vient entre le fourgon et l’église.

Dans le café sur la place, les conversations ont repris, le patron et l’un des vieux ont dit le nom de l’homme qui était dans le cercueil, et puis un peu de bien – il était connu, c’était un notable –, il y a eu une ou deux phrases discordantes ou ironiques, ils ont changé de sujet. La jeune femme regardait les réclames sur le mur, près de la porte. Elle leur tournait le dos. Elle avait les mains entrelacées, jointures blanches, sur ses genoux.

Le chauffeur, et les porteurs, sont sortis de l’église, ils attendaient, battaient la semelle, certains fumaient.

Vases communicants avec Brigitte CélérierDans le café, la jeune femme a pris un paquet dans son sac, un briquet, s’est souvenue que non, plus maintenant, s’est levée. Sur le trottoir – la rue entre elle, les voitures, le fourgon et puis, plus loin, le marché où les commerçants commençaient à ranger leurs étals – elle a sorti un cigarillo, l’a allumé, visage dans le vide. Elle a frissonné. Une nausée : chocolat, froid, tabac, autre chose. Elle est rentrée, raide, a cherché des yeux l’écriteau, est partie, titubant un peu, vers les toilettes. Elle s’est offert une destruction désespérée, véhémente, un anéantissement bref et total, le vide.

Sur la place un homme est sorti de l’église, portant un bébé qui criait. Puis une femme, la mère peut-être, et deux ou trois garçons qui se sont immédiatement mis à fumer. Ils parlaient. Ils attendaient.

Dans la salle le patron a vu la jeune femme revenir, pas ferme, bouche rouge, visage creux. Il lui a demandé si ça allait. Elle a eu un recul, puis un sourire, a répondu « oui, merci », a demandé confirmation de l’horaire du prochain car pour la ville, et puis ce qu’elle devait, a payé, a dit « merci, au revoir », et ils l’ont saluée par un bourdonnement bienveillant.

Sur la place, le fourgon, lentement, attaquait la petite côte vers le cimetière et les gens s’ébranlaient, le petit groupe toujours bien serré en tête, les autres dans le désordre des conversations. La jeune femme, sans regarder, est descendue vers l’abri, au bord de la route.

Brigitte Célérier

Mon texte est chez Brigitte Célérier : http://brigetoun.blogspot.com

Les vases communicants de décembre :

  1. Daniel Bourrion http://www.face-terres.fr/ et Urbain trop urbain http://www.urbain-trop-urbain.fr/
  2. François Bon http://www.tierslivre.net et Michel Volkovitch http://www.volkovitch.com/
  3. Christine Jeanney et Kouki Rossi http://koukistories.blogspot.com/ http://tentatives.eklablog.fr/ce-qu-ils-disent-c138976
  4. Anthony Poiraudeau http://futilesetgraves.blogspot.com/ et Clara Lamireau http://runningnewb.wordpress.com/
  5. Samuel Dixneuf-Mocozet http://samdixneuf.wordpress.com/ et Jérémie Szpirzglas http://www.inacheve.net/
  6. Pierre Ménard http://www.liminaire.fr/ et Christophe Grossi http://kwakizbak.over-blog.com/
  7. Michel Brosseau http://www.àchatperché.net et Jean Prod’hom http://www.lesmarges.net/
  8. Lambert Savigneux http://aloredelam.com/ et Silence http://flaneriequotidienne.wordpress.com
  9. Olivier Guéry http://soubresauts.net/drupal/ et Joachim Séné http://joachimsene.fr/txt/
  10. Maryse Hache http://semenoir.typepad.fr/ et Cécile Portier http://petiteracine.over-blog.com/
  11. Anita Navarrete Berbel http://sauvageana.blogspot.com/ et Landry Jutier http://landryjutier.wordpress.com/
  12. Anne Savelli http://www.fenetresopenspace.blogspot.com/ et Piero Cohen-Hadria http://www.pendantleweekend.net/
  13. Feuilly http://feuilly.hautetfort.com/ et Bertrand Redonnet http://lexildesmots.hautetfort.com
  14. Arnaud Maïsetti http://www.arnaudmaisetti.net/spip et KMS http://kmskma.free.fr/
  15. Starsky http://www.starsky.fr/ et Random Songs http://randomsongs.org/
  16. Laure Morali http://lauremorali.blogspot.com/ et Michèle Dujardin http://abadon.fr/
  17. Florence Trocmé http://poezibao.typepad.com/ / et Laurent Margantin http://www.oeuvresouvertes.net/
  18. Isabelle Buterlin http://yzabel2046.blogspot.com/ et Jean Yves Fick http://jeanyvesfick.wordpress.com/
  19. Barbara Albeck http://barbara-albeck.over-blog.com/ et Jean http://souriredureste.blogspot.com/
  20. Kathie Durand http://www.minetteaferraille.net/ et Nolwenn Euzen http://nolwenn.euzen.over-blog.com/
  21. Juliette Mezenc http://www.motmaquis.net/ et Loran Bart http://noteseparses.wordpress.com/
  22. Shot by both sides http://www.shotbybothsides.org/ et Playlist Society http://www.playlistsociety.fr/
  23. Gilles Bertin http://www.lignesdevie.com/ et Brigitte Célérier http://brigetoun.blogspot.com

3 outils pour détecter ses répétitions

Détection de répétitions dans un texteHonteux des textes criblés de surlignages revenant de ma relectrice préférée (elle se reconnaîtra), je me suis demandé si, comme il existe des correcteurs orthographiques et grammaticaux, il existait des correcteurs de répétitions. J’ai trouvé plusieurs outils. Je les ai testés avec un texte court publié ici en juillet, La muselière et avec un recueil de nouvelles de plus de 200.000 signes.

Le détecteur de répétitions de Fifokaswiti

Fifokaswiti est un geek littéraire ou un littéraire informaticien. J’espère qu’il ne m’en voudra pas de le cataloguer ainsi… J’en suis ! Or donc, Fifo (l’acronyme fifo a son importance en informatique) s’est emparé du problème de la répétition et a concocté un logiciel utilisable directement sur son site fifokaswiti.info à cette adresse :

http://fifokaswiti.info/pleo/pleo.py

Dans votre traitement de texte (Libre Office, Open Office, Word, etc.) vous copiez le texte à passer à la moulinette. Vous le collez dans la fenêtre de Fifokaswiti. Vous cliquez sur Envoyer et hop…

Détection de répétitions dans un texte avec l'outil de Fifokaswiti

Les mots répétés – y compris leurs déclinaisons – sont surlignés dans des couleurs allant du rouge au vert très clair. Plus ils sont répétés ou plus ils sont proches et plus la couleur tire sur le rouge. La distance pour qu’il y ait répétition est réglable.

Avantages de l’outil : gratuit, utilisable depuis n’importe quel ordinateur connecté à Internet, fait aussi apparaître les noms propres (personnages, pays, villes, marques commerciales, etc.).

Répétition Detector de Nicolas Gadenne

Nicolas Gadenne est quant à lui développeur de jeux vidéos. Le nom qu’il a choisi pour son logiciel sonne d’ailleurs un peu comme un titre de jeu. Répétition Detector ne s’utilise pas en ligne mais se télécharge et s’installe dans votre ordinateur (nécessite Windows) :

http://www.gaddy.fr/repetitiondetector/

Il s’utilise aussi simplement que l’outil de Fifokaswiti et est un peu plus riche. Il permet notamment de retirer de l’analyse de répétition les mots de son choix.

Le détecteur de répétitions "Detector repetition"

Ses avantages : gratuit, adaptable.

Ses limitations : pas de version Mac et Linux.

Le détecteur pour Mac de Jean-Claude Dunyach

Jean-Claude Dunyach, auteur de romans, de nouvelles et de chansons et ingénieur chez Airbus, a créé un outil d’analyse de textes pour Mac. En plus de la détection des répétitions, il traque les erreurs de typographie et de ponctuations.

http://jean-claude.dunyach.pagesperso-orange.fr/Programmes%20Macintosh.html

Je n’ai pas (encore) essayé cet outil.

Impression globale sur l’usage de ces outils…

Ces outils fonctionnent bien. Sont très simples d’usage. Rapides. Donnent d’assez bons résultats. Y compris sur des textes contenant de l’argot ou du français hors dictionnaire.

Leur principale limitation me semble être le bruit dans leurs résultats. Il faut en effet trier les répétitions volontaires des véritables répétitions à corriger.

Autres limitations : la non détection de répétitions de formes trop éloignées d’un même mot et des assonances.

… mais ces outils de détection de répétition sont-ils réellement utiles ?

Je leur vois deux usages pratiques :

  • au début de la dernière passe (la passe avant envoi) sur un texte pour détecter très vite les principaux problèmes, par exemple et au hasard, les « comme » ;
  • après une reprise d’un texte déjà finalisé, situation où il est fréquent en corrigeant localement de réintroduire des  répétitions.

Et un usage didactique :

  • ils permettent de se rendre compte avec un oeil non subjectif de ce que voit un autre lecteur que soi-même.

OK, si l’on prétend écrire pour être lu, que ce soit de la fiction ou n’importe quoi d’autre, on devrait ne commettre ni faute d’orthographe, ni de grammaire… et pour les répétitions on devrait avoir l’oeil américain… On devrait…

Lune captive dans un oeil mort, Pascal Garnier

19 août 2014 : je republie ce billet de 2010 pour le seul plaisir de la jouissance éprouvée à lire Pascal Garnier.

Toute sa vie elle avait fait où on lui avait dit de faire […] parce qu’elle pensait sincèrement que si l’on prenait la SNCF comme exemple pour organiser son existence, on pouvait faire son chemin, au travail comme à la maison.

Lune captive dans un oeil mort, Pascal GarnierC’est Odette qui pense, mais ça pourrait être son mari Martial, ou Maxime et Marlène. Deux couples qui ont investis dans  une résidence sécurisée, Les Conviviales, en Provence, à l’écart de tout village. Portail, gardien, piscine, vidéo-surveillance… Le rêve du retraité aisé début vingtième-et-unième siècle ? Manque de chance, ça se met en travers… comme le climat. Pourquoi ? Faut pas le dire sous peine de gâcher l’infini plaisir procuré par ce roman à la vivacité de gardon. Le genre dont on étire la lecture pour la savourer, la goûter, la garder en bouche.

Dans ce livre « petit mais costaud » écrit bien avant la chasse aux Roms, ceux-ci jouent un rôle non négligeable, à leur corps défendant, épouvantant les habitants de la résidence, dans des passages jubilatoires.

Ils faisaient chier ces gitans !… Mais qu’est-ce qu’ils étaient beaux, les hommes, les enfants, les femmes…Ils n’étaient ni crasseux, ni dépenaillés. […] Ils semblaient chez eux sous le soleil.

Pascal Garnier, parti en juillet 2010, avait un humour noir extraordinaire. Le sens rare de la comparaison qui ne tombe ni à côté du potage, ni dans la mollesse de l’édredon. Un sacré abattage.

Le végétal, j’aime, c’est fiable, ça cause pas, ça gesticule pas, ça prend son temps, ça se développe en loucedé sous la terre, et quand c’est bien enraciné dans l’enfer, ça ressort et ça étouffe tout, comme un anaconda, un python, un seul gros muscle autour de la planète et couic !… On n’en parle plus. Evidemment que ça allait foirer leur truc de mettre des vieux ensemble, mais ça aurait été pareil avec des jeunes.

Brèves n°93
Brèves n°93

Isolés dans cette résidence, à distance du présent et de leur passé, leur vie leur revient dans la gueule. Leurs rêves de départ et ce qu’ils n’en ont pas fait. Leur aisance matérielle a un goût très amer et, dans ce huis-clos aseptisé comme un comprimé de Lexomil, ils vont se foutre les uns sur les autres. Et, en dépit de leur cruauté imbécile, le lecteur en rit. Car Pascal Garnier a à la fois le talent des personnages et des situations. Ainsi que l’art du rebondissement. Le dernier numéro de Brèves, qui lui rend hommage, permet de découvrir son talent à travers plusieurs de ses nouvelles et des textes de personnes qui l’ont bien connu.

Lune captive dans un oeil mort est un roman noir désopilant, « garanti sans moraline », pour reprendre le titre d’un autre talent de l’humour noir, Patrick Declerck. Ses personnages, alors qu’ils sont tous des ratés, restent longtemps dans la tête. C’est qu’en plus de très bien écrire, Pascal Garnier avait un regard acéré et tendre.

Lune captive dans un oeil mort, Pascal Garnier, éd. Zulma, 157 pages, 16 euros et cinquante centimes (Zulma vient de rééditer tous ses romans sous sa belle jaquette « Z »)

Brèves n°93, éd. Du Gué, 144 pages, 12 euros (revue de nouvelles disponible dans certaines très bonnes librairies)

Détours

Première page d’une de mes nouvelles 3e prix du 26e Grand Prix Littéraire du Pays de Buch.

.

Des applaudissements éclatent quand l’avion émerge de la couche nuageuse. Des jeunes à l’avant de la cabine. Ils ont vu la même chose que moi. L’aéroport en bas.

Mais moi je tourne de l’œil, je m’évanouis, je perds connaissance, je me barre loin de là. En vain, on ne saute pas d’un avion.

Quand je reviens à moi, mon voisin me parle : – How are you doing ? Je lui réponds en français : – Bien, tout va bien, j’ai eu un malaise passager. Il rit à mon jeu de mots involontaire. – Prenez cette lingette, fait-il en déchirant un sachet. – Ça va je vous assure. – Prenez, insiste-t-il.

Le brouhaha continue à l’avant. Un échange culturel. Entre l’Écosse et la région. Comme pour moi, la première fois que je suis venue ici, voilà plus de trente ans.

Je ferme les yeux. Mon voisin s’inquiète à nouveau.

– Tout va bien, lui dis-je, c’est l’émotion du retour.

– Je comprends, répond-il.

Que comprend-il donc ? J’aimerais le savoir ! Qui peut comprendre ce qui s’est passé ? La décision de Joël.

Je sens sa main dans la mienne quand, de retour d’Écosse, nous atterrissions. Quelque chose en moi allait s’élargissant, à la façon de mes souvenirs sous l’effet de l’odeur de cette lingette.

Comme une personne frileuse procédant par petites touches pour entrer dans l’eau, je jette un deuxième coup d’œil en bas pour affronter ma douleur. Le lacis de routes autour de l’aéroport. Les rectangles des toits des entrepôts de la zone de logistique. Parmi eux, les bâtiments de l’usine où travaillait Joël. Les lettres COMPOSTERS sont peintes sur le toit de façon à ce qu’on puisse les voir du ciel.

J’ai évité de prononcer ce nom depuis un an, depuis que je me suis enfuie de cette région. Il m’était devenu impossible de vivre dans ce petit univers. Le pire était la sollicitude bavarde ou silencieuse des gens. Je me suis réfugiée dans ma famille à Edimbourg.

Le soleil pénètre dans la cabine à chaque fois que l’avion bascule sur une aile. J’aimerais croire en lui comme la première fois que je suis arrivée ici, il y a plus de trente ans. Et avec la même force que ces grands enfants à l’avant de la cabine. Je ne savais pas alors que c’était vers toi que je venais, Joël.

Je t’aime toujours. Mais je ne sais plus si tu es en moi ou en dehors de moi, si tu m’as quitté pour rester ici, en bas, dans ces champs qui glissent par les hublots de plus en plus vite, de plus en plus proches.

Gilles BERTIN

La soirée littéraire de remise des prix aura lieu ce dimanche. Ne pouvant y participer, je remercie ici ses organisateurs et le jury pour le peps que me donne ce prix.