Marcher du même pas

Une famille marchant du même pas, place des Terreaux - DR LDV
Lyon, place des Terreaux - DR LDV

Samedi après-midi, tous trois traversaient la place des Terreaux, coupant à travers les 69 fontaines de Buren taries, l’homme portant des courses dans une poche plastique, la femme affichant sur ses jambes la seule couleur vive d’eux trois, leur enfant une raquette dans le dos, allant aux premiers soleils de février du même pas dans leurs vies.

6 milliard d’Autres

Vu au Grand Palais à Paris l’expo conçue par Yann Arthus-Bertrand et réalisée par son équipe. Que dire ? Emotions. Rires. Pleurs. Secousses. Réflexions. Relativisations. Bonneurésolutions. Du mal à partir. A quitter leurs visages. Nos visages. Poussés dehors (gentiment) par les vigiles. Sensation comme après ma retraite de communion. Envie d’être bon. Aimer. Tolérer. Servir. Être un bon homme. Ah ! « Quand les hommes vivront d’amour… » Un seul regret. De taille. L’absence de questions sur le pouvoir, la puissance, la traîtrise, la méchanceté, la corruption, etc. Cela faisait un peu trop devoir de philo. Mais ce qu’il ressort surtout – plus que réponses et questions – ce sont tous ces Autres du monde entier, de toute race, de tout âge, encore naïfs, blasés, blessés, sages, révoltés, courageux, braves, aimants.

Le site web de 6 milliards d’Autres où l’on peut voir des vidéos ‘achement bien

Altération et altérité

Ce soir, en passant devant une librairie, j’ai remarqué dans la vitrine à quelques livres de distance le voisinage de deux mots : altérité et et altération. L’un sur un livre dont j’ai perdu le titre. L’autre à propos d’un dont j’ai aussi perdu le titre. Mais je me souviens de ça : altérité/altération. Je n’avais jamais remarqué leur racine commune. Selon mon Robert, ils viennent tous deux du bas latin : le premier de alteritas et le second de alteratio. Je n’ai pas pu creuser plus loin. Et j’ai résisté à la tentation de rapprocher le « autre » qui a donné naissance à altérité de altération. Pourtant, au sens premier du mot, devenu rare, altération signifie « changement, modification ». Alors qu’au sens commun et actuel, altération signifie dégradation. Voici de quoi méditer sur la peur que je peux, que nous pouvons (parfois ?) avoir de nous perdre en nous ouvrant à l’autre, de nous altérer.

DR GB
DR Lignes de Vie

PS : remarquons encore l’infinie subtilité de la langue française qui a tiré de « altérer » le verbe « désaltérer » !


Billet fermé aux commentaires

Voyage avec une voix

Une voix à la radio. Ses intonations. Sa tessiture. Ses silences entre chaque phrase. Ou ses silences inattendus, pour réfléchir. C’est ça la radio. La grande qualité de la radio. Particulièrement de la radio publique où le temps est donné aux interviewés de répondre aux questions qui leur sont posées. Où il y a du temps. Ce n’est pas une défense du service public. Juste un constat. La qualité de ces radios. Qualité technique des enregistrements. qualité éditoriale.

Ce soir, je traversais Lyon en voiture et j’écoutais en roulant France Inter,  « Portrait d’ANNETTE, française dans la terreur stalinienne » (Réalisation : Michelle SOULIER). Il y avait ce temps laissé à cette vieille dame qui évoquait ses souvenirs, son atterrissage au Bourget en 1946. La qualité de l’enregistrement de sa voix. A travers lui son âge. Son travail de remémoration. J’étais au Bourget en 1946. Elle se souvenait des petites fleurs sur la pelouse de l’aérodrome lors de son atterrissage avec ses deux filles. Elle parlait de sa peur permanente d’être retrouvée ensuite. Reprise. Ce sont des moments comme ça qui font le miracle de la radio.

Avez-vous ce genre de souvenir ? Un voyage en voiture avec une voix. Ou chez vous. Cette émotion de quelqu’un qui s’adresse à vous. Une voix.

Des lunettes, des lunettes, des lunettes

Mes lunettes j’ai perdu dans le TGV lundi dernier. Voici que je parle comme Obi-Wan Kenobi. Tout ça pour placer en premier de ce post le sujet de ce post : les lunettes.

Or donc, ayant perdu mes lunettes dans un train je me rendis aux objets trouvés, espérant par une chance incroyable, peut-être, oui peut-être les y retrouver.

Et les deux employés m’accueillirent en dépensant le moins possible d’énergie, afin sans doute de réduire au minimum (et non au maximum comme s’y emploient les conducteurs restants de 4×4) leur empreinte écologique. L’un deux tendit un bras, captura un carton et me le posa devant le nez. L’autre me précisa, « il y a la date dessus ». Et ils replongèrent dans la discussion chewing-gum dont je le savais dérangés.

Je plongeai mes mains dans les lunettes. Le carton en était plein, à raz bord. Je les sortis les unes après l’autres. Des paires toutes légèrement différentes. Montures de métal fines, en général. Variaient seulement la taille des verres. Parfois un incident dans cette succession : une branche qui manquait par exemple. Et moi d’imaginer son possesseur dans le train, penché sur son écran d’ordinateur, son Equipe, son Monde ou son Figaro, selon sa sensibilité, ses lunettes tenues par une seule branche, oscillant sur l’arête de son nez à chaque mouvement de sa tête.

Je déballai des dizaines de lunettes. Je les déballais avec un zeste de gêne. Elles venaient toutes de visages différents. C’était un peu comme si touchant ces lunettes, je palpais ces visages. Gênant, oui. Très intime.

Ayant vidé le carton et les ayant entassées en un tas hétéroclite, je les repris brusquement à pleines poignées et les jetai dans leur carton, pressé de partir de là, de quitter ces deux hommes assis là pour vingt ans encore, des hommes trouvés, eux aussi, comme ces lunettes attendant ici, vainement.

D’ailleurs, pourquoi parle-t-on « d’objets trouvés » ? On devrait parler « d’objets perdus ». Non ?

Et vous, qu’en pensez-vous?