Tata Milouda, mon stylo, mon cahier

Standard

Ecoutez Tata Milouda :

Lorsque j’étais petite j’aurais aimé aller à l’école

mais mes parents ne voulaient pas

parce que j’étais fille

[…]

J’avais rêvé de prendre un stylo un cahier

A mon époque je ne trouvais pas mon stylo mon cahier

A 50 je trouve mon stylo mon cahier

[…]

grâce aux cours d’alphabétisation

[…]

Ecoutez Tata Milouda slamer !

(entendue ce dimanche sur France Inter dans l’émission Crumble de Marie-Pierre Planchon)

L’espace MySpace de Tata Milouda

21 thoughts on “Tata Milouda, mon stylo, mon cahier

  1. Je suis maudit avec Youtube!! ça rame! J’ai écouté une autre version? C’est très émouvant!

    Dans mon école primaire en Algérie, il n’y avait que des garçons dont trois métropolitains. Les filles restaient à la maison.

  2. Des mots qui se suivent, qui glissent aussi jolis que son collier de perles bleutées et que son sourire…
    bel instant partagé…merci Gilles!

  3. Gilles

    Epamin’, des mots bien plus que jolis ! Et dieu sait si la joie de Tata Milouda est communicative. Un texte féministe, qui dit l’importance de l’éducation, son pouvoir libérateur, et les potentialités de l’écriture.

  4. C’est un texte fort, libre comme un cri de joie, écrit avec les tripes et slamé avec générosité. Un authentique talent révélé par l’apprentissage de l’écriture. Et après ça, on n’oubliera pas qu’il y a un nombre insupportable de femmes qui n’ont pas accès à l’école. Leurs geoliers savent ce qu’ils font.

  5. Gilles

    Finement observé Monch mais 50 ans tout de même avant ce bonheur.…. 50 ans !
    Et combien de femmes comme le souligne Frédérique n’ont pas cet accès.
    Ma mère a tout fait pour que mes soeurs aient un métier, elle savait.

  6. J’ai le même avis que Anna de Sandre: un texte émouvant et généreux, un message et un cri du coeur certes, mais « qu’est-ce que j’aime pas le slam! ». Malgré tout, chapeau Tata Malouda! « Qu’importe le flacon pourvu qu’on ait l’ivresse ».

  7. Pardon Tata Milouda! J’avais écorché votre nom! Voilà qui est réparé, même si seul mon doigt a été victime d’un dérapage mal contrôlé.

  8. Moi j’ai voulu m’y mettre vers mes cinquante ans. Ben trop tard, j’étais déjà gâteux. Donc, la leçon : mieux vaut partir à temps — quand même.

    Plus que le texte, c’est l’émotion, la joie de cette femme…

  9. Gilles

    Ce matin sur la ligne 4 de métro à Paris un type, la soixantaine, perdu, m’a demandé la direction du 15ième arrondissement, de Montparnasse. Il était monté dans le mauvais sens dans le métro. Je lui ai montré le plan de la ligne affiché dans le wagon mais il ne comprenait pas. Il ne savait pas lire.

  10. Puisque tu lis attentivement mon parapluie rouge (sois-en remercié, je t’informe que je viens de mettre la partie 7 en ligne. Comme ça tu seras le premier à la lire, et dans la foulée en plus)

    Bonne soirée,

    Anna

  11. Ouais, y’en a un paquet d’handicapés de la lecture. Cette femme est émouvante parce qu’elle n’apas renoncé. Elle a eu une vie d’esclave mais elle reste libre, y compris pour se produire ainsi.

  12. Gilles

    Zoe, ce matin, une très jeune femme. Qui est arrivée aux distributeurs de tickets et qui a demandé à la fille avant elle de l’aider à acheter son ticket. La fille a dit oui et lui a sélectionné sa destination et est partie sans attendre la suite. La jeune femme a mis sa monnaie et a récupéré son ticket. Ca s’est passé très vite. D’une façon très coulée. Naturelle. Sans gêne.

  13. gisoubboz

    en tant qu’ancienne alphabétiseuse quel plaisir et quelle émotion d’ entendre la joie de tata milouda!

  14. Gilles

    Oui, une joie qui en dit long sur l’importance pour un être humain de pouvoir accéder à la lecture et à l’écriture.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>