Il avait de l’eau dans le cerveau

Parc de a Tête dOr, Lyon, le 11 novembre 2018 à 11h30

À supposer que Bernard Victorri, directeur de recherches au CNRS, qui avait tenu fin octobre 2014 devant des Normaliens la conférence L’origine du langage ait fait son jogging le dimanche 16 novembre suivant vers 10h15 au Parc de la Tête d’Or à Lyon, dans les environs de l’entrée côté boulevard des Belges, le 16ème lyonnais — mais cela n’a rien à voir avec les origines du langage —, il aurait entendu un garçon de quatre cinq ans demander à son père, tout en pédalant, les raisons de la mort à l’âge d’un an du frère de son grand-père.

« Il avait de l’eau dans le cerveau, lui répondit son père pédalant à ses côtés, maintenant on pourrait le soigner. »

Puis ce garçon posa des questions sur le cerveau lui-même, ce qui aurait amené un sourire sur le visage en sueur de Bernard Victorri repensant à son argumentation en trois points, à savoir la capacité des langues humaines à emboîter des phrases les unes dans les autres (vers 8’30’’), autrement dit la récursivité ; à dérouler dans une même phrase des événements situés dans des temps différents (vers 9’10’’) ; et enfin à nuancer des assertions (vers 10’10’’). 

Temporalité et langage

Trois arguments qu’au terme de sa conférence Victorri avait ramassé dans la supposition que les langues serviraient à l’humanité à raconter des histoires, ce que savent bien conteurs et écrivains. Et, tout en courant à petites foulées sur l’allée de ceinture du parc jonchée de feuilles mortes, aurait-il songé que tout ce qu’il avait raconté dans sa conférence tenait dans le « pourquoi » de ce gamin. Comme au nombre de pourquoi qu’un gamin pose et aux trésors de langage nécessaires pour lui répondre. Il en serait finalement arrivé à ses propres pourquoi, que lui, chercheur en linguistique, a passé sa vie à explorer en utilisant le langage.

Gilles Bertin


Le « À supposer » qui ouvre ce texte est une forme contrainte inventée par Jacques Jouet, de l’Oulipo.

Conférence de Bernard Victorri enregistrée à l’ENS et publiée par UniverScience sur DailyMotion le 30 octobre 2014, puis sur YouTube en 2015.

Que cachez-vous donc dans votre sac mauve ? (Villanelle de Noël)

Hello les chatons ça sonne sonne
tintamarre chic et magique
c’est le plus spectaculaire des Noëls

Que cachez-vous donc dans votre sac mauve ?
demande la sentinelle, des pinces de homard ?
Hello les chatons ça sonne sonne

Jetez vos jokers sur la patinoire sur le manège
entre les façades bleues et rouges
c’est le plus spectaculaire des Noëls

Passez derrière le rideau doré
déguster des sushis un capucchino crémeux
Hello les chatons ça sonne sonne

le vieux colombier ses pigeons mécaniques
la rue de Rennes tout au bout Montparnasse
c’est le plus spectaculaire des Noëls

la grande tour parée de lettres dorées
a coiffé son chapeau de mousquetaire
c’est le plus spectaculaire des Noëls
Hello les chatons ça sonne sonne

Paris, bus 96

Gilles Bertin, texte, montage
Florence Larisse, voix
Musique : Extrait de Peer Gynt – Prélude : Morning Mood (E. Grieg) joué par une boite à musique (music box) – Adaptation : Mourioche — licence : LESFhttp://www.sound-fishing.net/musique/musique-fete
Image : Par MrHedgeyMan, http://mrhedgeyman.deviantart.com/, Creative Commons Attribution 3.0 License


Ce poème a initialement été publié voici déjà trois ans, le 22 décembre 2014.

Les poèmes de métro publiés ici sont regroupés sur le tag poemes-de-metro

La forme Poèmes de métro a été inventée par Jacques Jouet, membre de l’Oulipo. La villanelle est un poème à forme fixe tel que défini par Joseph Boulmier dans sa villanelle intitulée Villanelle.