« A 2 pâtes »

Pour ce texte, le photographe Mathieu Neuville (voir son travail sur Flickr sous le nom de Milwair), a accepté de partager l’une de ses photos de la Place Sathonay à Lyon où était (il n’existe plus, hélas !) le restaurant « À 2 pâtes ». Merci Mathieu.

Transpiration © Mathieu Neuville, all rights reserved. Expérimentations étudiantes des grands ateliers de l'Isle d'Abeau, place Sathonay Lyon, Fête des Lumières 2010.

   Les pâtes et les arbres, les arbres et les pâtes, le trottoir étroit, les tables en fer, les sacoches et les sacs à main entre les pieds, la nuit tombée, lui travaille derrière le comptoir, seul à l’intérieur, la salle est vide, on boit du vin en l’attendant, douceur de mai ou de juin, les pétales opales des fleurs des marronniers, à deux mètres une forêt de vélos, tous les vélos du quartier, on n’ose pas bouger, on discute, on a passé sa commande il y a un bon moment, quand il arrive on mate les assiettes qu’il pose devant ses voisins, on se sourit, on attend encore, la bouteille est finie, on va en chercher une autre, la carte est la même depuis trois quatre ans, gnocchi, canelloni, ravioles, penne au pesto maison, on attend depuis si longtemps qu’on n’a plus faim, mais ses pâtes !… celles qu’ils préparent en ce moment, ses mains cachées derrière le comptoir, mais les arbres !… la nuit et l’été !… mais ses pâtes !

Publié par

Gilles Bertin

Voir page A propos

10 réflexions au sujet de « « A 2 pâtes » »

  1. Des endroits où il fait bon attendre. Mais les pâtes quand même hein.

  2. Les pâtes, les arbres, les penne sous les platanes, des histoires d’arbre à nouille, comme on disait quand j’étais petit. J’aime bien celles-ci. Et tout près de chez moi pour ne rien gâcher. Merci de l’eau à la bouche…

  3. Didier, je ne connais pas les histoires d’arbre à nouille. Histoire d’enfance ? Vous allez raconter ?

  4. Francesco, heureux de votre visite, j’aime ce que vous écrivez sur votre blog, poésie et prose. Pour la petite histoire, j’ai commandé Un Crabe sur L’épaule via une librairie affiliée à un réseau qui permet de trouver les livres rares mais, bernique, je ne l’ai jamais reçu. La libraire (je l’ai eue au téléphone et elle semblait un peu à l’ouest) s’est-elle trompée dans la recopie de mon adresse ? Y a-t-il eu un vol quelque part ? Dans ce cas le voleur s’est retrouvé avec un livre de poésie, qui plus est de vous ! Mystère et boule de gomme…..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *