Les guêpes

Les guêpes allaient et venaient sur la tarte, indifférentes à ce qui se passait autour d’elles. Il s’agissait d’une longue tarte rectangulaire dans l’un des présentoirs vitrés du comptoir de la boulangerie. Les guêpes déambulaient sur la gélatine translucide qui nappait les tranches de pomme, paissant ce champ sucré. La boulangère s’en fichait, elle tranchait un pain de seigle. Elle l’enveloppa dans un sac de plastique et rendit la monnaie à la cliente devant moi.

Je payai à mon tour et sortis avec mon pain en jetant un dernier coup d’œil au manège des insectes dans le présentoir.

Une fois dehors, les guêpes continuèrent dans mon esprit à aller et venir sur leurs tranches de pommes, installées sur cette tarte comme chez elles, n’éprouvant aucune gêne. Étant en quelque sorte des guêpes domestiques. Emplissant un rôle précis. C’était pour cela que la boulangère les tolérait. Il se pouvait même qu’elle encourage leur manège. Les guêpes défendaient sa boutique. Plus efficaces qu’une sirène d’alarme, elles dissuadaient quiconque de s’emparer de sa caisse.

En un sens, ces guêpes sur cette tarte étaient un gage de qualité, de pâtisserie non frelatée, d’absence d’insecticide. Elles disaient aux clients que cette boulangère avait assez confiance en elle pour laisser faire ce genre de choses. Qu’elle était une boulangère sereine.

Ce dimanche quinze août 1999, c’était merveille de voir ces sept huit guêpes se promener dans une boulangerie-pâtisserie de Chateaulin (Bretagne) sur une tarte, ultimes témoins de siècles d’étals de viandes et de fromages et de desserts dévorés par guêpes et mouches. Cette tarte était le dernier carré d’un territoire qui disparaissait.

J’eus envie de retourner dans la boulangerie m’approprier cette portion de tarte. De braver ces guêpes et de mordre dans cette pâtisserie au goût de fruit et d’insectes. Mais le fracas du rideau métallique dévala sur moi.

C’était fini, 2000 arrivait.

Gilles Bertin

Ce texte a été publié initialement par Marianne Jaeglé sur son site, dans le cadre des Vases communicants.

Publié par

Gilles Bertin

Voir page A propos

4 réflexions au sujet de « Les guêpes »

  1. Mais quelle guêpe t’a piqué Gilles ? Où se trouve notre blog habituel, quelle est cette austérité nouvelle ici ? Suis-je bien chez toi, au moins. Sinon, je m’arrête sur la magie du calendrier qui saute en un bond du 15 août au premier janvier.

  2. Hé hé, tu n’étais pas venue depuis un moment ! Réduction du train de lignesdevie pour participer au redressement du pays, cette fois je deviens un vrai patron, dur à l’extérieur, mais toujours tendre à l’intérieur.
    Mais as-tu remarqué que ce blog s’est transformé en site ? Avec à gauche et en bas, des menus pour naviguer sans avoir à parcourir le blog mois par mois.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *