Publication de Mao aux Editions de Vignaubière

C’était la dernière du Prix Transfrontalier de la Nouvelle Brève après 20 années d’existence. In extremis pour en faire partie et figurer dans le recueil collectif édité à cette occasion par les Editions de la Vignaubière. J’ai ce bonheur avec ma nouvelle Mao. Extrait :

– Cent grammes ?

La vieille hoche la tête.

– Mao va bien ?

– Oh pour ça oui, il m’a… tenez, regardez…

La vieille brandit son poignet. Deux bandes rosâtres striées de rouge se perdent sous la manche de son gilet de laine bleu pétrole.

Il introduit la main dans la banque, le foie a un claquement mouillé sur la planche, il l’immobilise du plat de la main et glisse la lame dessous, du jus rose suinte entre ses phalanges, il arrache une feuille au rouleau, jette la tranche dedans et de deux claques torchonne le papier.

– Cent grammes ! Et avec ça ?

Il ne pèse jamais, il a le compas dans l’œil et une main de violoniste.

– Ce sera tout, Monsieur Jean.

La même scène chaque jour. Du foie de veau, le plus cher. Cent grammes…

Un recueil superbement édité. Dix-neuf textes très courts (moins de 5 feuillets). Le thème « Emballez, c’est pesé » a donné des textes dont une partie semble tirer sur l’humour noir (je n’ai pas tout lu encore). Merci et bravo aux bénévoles de l’association organisatrice par ailleurs organisateurs de la Nuit du lecture et du conte, dont c’était aussi la dernière en 2011.

Encore un extrait :

La mémé a des joues de petite fille, gonflées comme si elle avait deux mandarines dedans, alors que son corps est si maigre qu’il a l’impression quand il l’aide à se relever de tenir son vélo. Ils achèvent la grimpette. Devant sa porte, la vieille farfouille son cabas. Et si c’était un ours derrière la porte ? Non, les ours mangent du miel. Parfois même toute la ruche avec l’apiculteur. Mais pas du foie.

Quentin cligne des yeux, une flaque de soleil traverse toute la pièce en provenance d’une double porte-fenêtre qui donne sur un balcon. De l’autre côté, une mer de tuiles. Dans un coin, un lit haut, comme dans les films à la télé. À l’autre bout, un frigo, un évier, deux plaques. Mais surtout, trônant sur un socle à roulettes, une immense cage à oiseaux, avec un dôme et des barreaux gris souris.

Il s’approche.

– Elle est vide, dit-il.

– Il est parti.

Emballez c’est pesé, Editions de la Vignaubière, recueil collectif, 2011

 

 

Publié par

Gilles Bertin

Voir page A propos

2 réflexions au sujet de « Publication de Mao aux Editions de Vignaubière »

  1. Ah mais on ne me dit rien à moi ! Qu’est ce que c’est que cette histoire,j’apprends tes publications sur le net maintenant ! Une nouvelle que je n’ai même pas lue, c’est un scan-da-le ! Mais sinon je suis trés contente de voir que tu avances à fond les manettes (et pour que tu n’oublies plus ta correctrice préférée, je dirai que trois mains dans le premier paragraphe…bon bref :0)).

  2. Trois mains, c’est utile pour un boucher. Il est suradapté à son métier.
    Cette publication a été une surprise pour moi aussi (j’avais oublié !) reçue ce samedi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *