Le vol du bourdon — Nouvelle (début)

.

Pour lire Le Vol du bourdon sur iPhone, iPad ou liseuse ePub cliquez ici

.

Merk a quitté l’autoroute et roule dans les champs d’oliviers. Au gré des virages et des vallons, les dents ocres de la chaîne de l’Esterel apparaissent et disparaissent, baignées dans une transparence bleu lavande. Il a baissé la vitre et coupé la clim’, il conduit d’une main, l’autre drossée contre la portière par le vent chaud de la vitesse. « Dans cinquante mètres, prenez à droite » fait le GPS. Un chemin de terre sans signalisation. Merk y embarque la BM. Ça cahote. Il dissimule la voiture dans un verger.

« Ouf ! » fait-il quand il pose le pied sur le sol.

Huit heures de route… il ne s’est pas arrêté. Il écoute le silence retrouvé sauf que c’est pire qu’à Paris, les cigales font un ramdam d’enfer et ça a l’air de durer depuis des milliers d’années.

Il se désappe, largue son Armani, ses crocos Talaria et son slip Calvin Klein. Nu, il va mater son torse dans le rétro : il a horreur des poils et se fait épiler des épaules au pubis dans un salon pour femmes. Satisfait, il se la joue Tarzan à coup de poings sur sa poitrine. C’est bon de se sentir beau et fort comme un dieu. Surtout pour ce qu’il est venu faire ici.

Forty-One et June… Ces deux-là, c’est salé ! Amour vache and cow… Il se souvient d’une attraction qu’ils ont fait venir dans leur boîte des Champs-Elysées, une caisse transparente géante emplie de serpents grouillant sous la lumière brute des projos… Voilà à quoi ressemblent leurs relations !

Mais Forty-One est allé trop loin en se tapant la petite Nikita… Du coup June a piqué sa crise de jalousie et pour éloigner Nikita l’a balancée dans les pattes de Gary… Elle y est allée trop fort ! Fallait pas faire ça ! Gary, il est comme une pieuvre géante avec une caméra au bout de chaque tentacule ! Il voit venir de loin et il lâche jamais rien.

Du coup, ça a réveillé l’amour de Forty-One de savoir sa poulette dans les bras visqueux de Gary. « Merk, prends la BM », lui a-t-il dit, « descends sur la côte, découpes Gary en rondelles et ramènes-moi Nikita. » Pas sûr que pour elle les bras de Papa Forty-One soient plus tendres que ceux de Gary, certes… mais Merk s’en tape, à chacun son taf et les génisses seront bien gardées.

A loilpé, il tire un sac Tati du coffre et en déverse le contenu sur la terre craquelée. Des nippes rouge jaune vert. Il choisit une vaste tunique Bob Marley, un jeans troué, des claquettes et opte pour une casquette rasta, une vraie de vraie, tricotée aux trois couleurs, auréolée à l’arrière d’un flot de fausses dreads.

Il replonge dans le coffre et en sort avec précaution une énorme flûte à tuyaux. Il l’examine de près et l’essuie longuement avec le pan de sa tunique, comme font les loueurs de vidéos avec les DVD avant de vous les confier. Sa patine blonde luit dans le soleil quand il accroche l’instrument en sautoir sur sa poitrine.

.

Il est vite en sueur. Le chemin monte sec. Ses pierres pointues sont tranchantes comme des arêtes de cornières métalliques et lui entrent dans la plante des pieds à travers ces sandales de merde. Quand la villa de Gary commence à apparaître en haut de la colline, il se met à souffler dans sa flûte par intermittences. Il n’a pas envie de se faire canarder par les métèques qui lui servent de gardes du corps.

Les caméras… les joujoux préférés de Gary… on l’appelle aussi Big Brother, un total parano de la vidéo surveillance.

Merk les cherche. Il en trouve une en haut d’un poteau de soutènement du grillage, tournée vers le bas, dans sa direction. À mesure qu’il avance vers elle, la caméra s’oriente et pivote pour le suivre.

Il se campe dessous, porte sa flûte à sa bouche et attaque en piqué avec Le vol du bourdon de Nikolaï Rimski-Korsakov… Au violon, c’est déjà une vraie prouesse, pas pour rien que Tarantino l’a utilisé dans Kill Bill. Mais à la flûte de Pan, ce morceau devient de la démesure.

Quelques dizaines de secondes pas plus et le grillage ploie sous le poids de deux chiens. Ils retombent en hurlant et se reprécipitent à l’assaut du grillage et recommencent sans s’arrêter. Deux dogues argentins.

« Tu veux quoi ? » fait un type.

Une grande estafilade traverse sa gueule brune de métèque. Il chope les deux chiens par leurs colliers et leur donnent des coups en arrière à les étrangler. Les bêtes se couchent.

Merk soulève sa flûte.

« Jouer de la musique.

– Tu déconnes ou quoi ? C’est les vacances, la paix, tu comprends ? Gary se repose. Don’t disturb !

– J’ai un morceau pour lui… que pour lui.

– Fiche lui la paix, quand il monte là, c’est pas pour qu’on le soûle.

Un deuxième métèque arrive derrière le premier.

– Tu veux quoi mec ?

Gary approche sa flûte de sa bouche, les regarde tous les deux pour s’assurer qu’ils comprennent que ça va être de la vraie musique, puis il souffle dans les bâtons de sa flûte à toute blinde.

– Barre-toi avant qu’on te barre ! fait le premier.

– Attends, fait l’autre.

Il répond à son téléphone.

– Gary dit de lui amener. »

Pour lire la suite, cliquez ici !…

.

Vous pouvez lire la nouvelle Le vol du bourdon en entier sur iPhone, iPad ou liseuse ePub : cliquez ici

.

La version numérique en ePub (ou ebook) a été créée avec le service Polifile de C&F éditions présenté au Salon du Livre 2011. La couverture est filigranée car le service est encore en test (au 5 mars 2011).

Mes impressions sur Polifile sont très favorables : grande simplicité d’utilisation, aucune connaissance informatique, quelques copier/coller depuis OpenOffice ou Word suffisent.

Merci à C&F.

Publié par

Gilles Bertin

Voir page A propos

13 réflexions au sujet de « Le vol du bourdon — Nouvelle (début) »

  1. Merci Christophe pour ta lecture.
    Et pour le lien qui est corrigé maintenant.

  2. Oui Frédérique, ça va drosser…
    …définition du Robert :
    Mar. Entraîner vers la côte. –> Dériver. | Courant qui drosse un navire. | Drosser un navire à la côte, vers la côte.
    Par ext. (usage des marins). Entraîner.

  3. C’était bien parti et…oups
    à suivre….
    j’aimerais bien la suite dans ma boîte mail.

    Question : il a acheté un GPS qui ne met pas de ‘s’ aux pluriels, le proprio de la caisse ?

    Chpou

  4. @Kouki : Good ! Tu as vu ce pan ! Bravo, c’était un clin d’oeil, un p’tit plaisir.

  5. Je ne dois pas être douée car j’ai cliqué sur le lien (format ibouc) et rien au bout. Déjà que je n’aime pas lire ainsi, c’est décourageant Et pourtant, je voudrais bien connaître la suite. Dis-moi, ô grand maître, que dois-je faire? Et attention, personne rigole!!!

  6. @Babeth : Pour le ibouc, il faut avoir une liseuse ad hoc (iPad par exemple). Sinon, il faut attendre que je publie la suite 😉

  7. @Babeth > il existe un add-on firefox pour lire les ePub sur son ordi : epub reader. Pour internet explorer, doit y avoir l’equivalent je pense.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *